Coding • ☕ 4 minutes de lecture

Comment faire de la veille techno ?

Aujourd’hui marque la fin de la semaine dédiée à la veille techno en entreprise initiée par le podcast artisandeveloppeur qui m’accompagne presque chaque matin, petit retour.

Une question a été mise en avant : Faut-il quitter une boîte qui ne me laisse pas faire de veille ?

Cette question est intéressante et au vu des résultats (75% oui / 25% non), les avis semblent assez tranchés.

Nous sommes cependant tous d’accord sur le fait que la veille est importante dans notre métier et qu’elle détermine en grande partie notre employabilité (qu’il est moche ce mot).

Dans tous les cas, que ce soit chez vous ou en entreprise, voici la méthode que j’utilise.

1. Rester informé

Le plus important, c’est de rester à jour. Pour ma part, j’utilise plusieurs sources :

  • Les flux RSS, en suivant quelques personnes triées sur le volet dans les technos qui me plaisent
  • Reddit, quand j’ai beaucoup de temps à tuer
  • Twitter/Mastodon
  • Youtube, pour les rediff des événements
  • Des podcasts, quand je suis en voiture
  • Des bouquins (et même pas en démat’ !)

Suivant le temps que j’ai à disposition, je jongle entre une source ou une autre, celle la mieux adaptée de manière à optimiser mon temps.

2. Faire le tri

Une fois que j’ai reperé un sujet qui revient assez souvent parmis toutes ces sources et qui me parle, je décide de creuser un peu.

Je regarde la documentation quand j’ai deux minutes, quelques tuto, de quoi je vais avoir besoin et en général, on voit assez rapidement si ça vaut le coup de passer à la prochaine étape et d’investir plus de temps ou si il vaut mieux passer son chemin.

Jusque là, l’investissement reste donc assez minime.

3. Passer à la pratique

La théorie, c’est bien sympa, mais rien de tel que la pratique !

Il faut trouver une idée simple et réalisable rapidement permettant d’intégrer le sujet que vous souhaitez approfondir. Je sais, ce n’est pas une tâche facile et on a tendance à être trop gourmand mais restez raisonnable, diantre !

Une fois que vous avez cette idée, il est temps de mettre les mains dans le cambouis et de lui donner vie ! Ici, même un Minimum Viable Product suffit et vous permettra d’avoir un premier recul sur le sujet que vous avez choisi d’approfondir.

4. Faire un bilan

C’est une étape qu’on a souvent tendance à oublier, mais elle est importante. Vous avez choisi un sujet et l’avez mis en application dans un petit projet, il est temps d’en tirer quelques enseignements.

Ici, vous pouvez même vous parler devant votre miroir, le but est de faire un bilan, savoir si le sujet était intéressant, est-ce que vous voyez déjà des applications concrètes qui vous permettrait d’améliorer votre manière de faire au quotidien, ce genre de choses.

Garder à l’esprit que même si vous n’allez pas plus loin, cet investissement vous permettra d’avoir un regard nouveau sur votre travail.

Petit exemple simple. J’ai commencé à apprendre le langage fonctionnel Haskell et même si j’ai décidé de ne pas aller plus loin, la philosophie du side-effects free et les fonctions pures m’ont permis d’améliorer mon code de tous les jours.

Petit cas concret

Je lorgne du côté du langage Go depuis pas mal de temps et je n’avais pas vraiment eu l’occasion d’approfondir le sujet. Un jour, je suis tombé sur un compte rendu de l’assemblée nationale et j’ai trouvé que c’était très peu lisible et plutôt austère : j’avais donc trouvé une raison de me lancer.

Quelques heures plus tard, je publiais les sources d’une application permettant de mettre en forme tout ça et comme je voulais que tout le monde puisse essayer, je la déployais aussi sur Heroku.

Ce qui est beau dans tout ça, c’est que cette veille possède des ramifications. J’approfondis désormais les différentes architectures pouvant être mises en place en Go, l’organisation des sources et comme déployer sur Heroku est vraiment génial, j’ai creusé du côté de Dokku et l’ai mis en place sur mon serveur.

Et voilà comment avec de la curiosité, une idée et un soupçon de temps on arrive à faire de la veille de qualité !

Le mot de la fin

Personnellement, même si ça fait cliché, si je fais ce métier, c’est avant tout par passion donc pour ma part, une grande partie de ma veille se fait sur mon temps personnel.

Est-ce que j’aimerai qu’il en soit autrement ? Bien sûr ! Mais la réalité étant ce qu’elle est, il est rare de trouver une entreprise qui nous dégagera du temps pour que l’on puisse rester à la page.